Le poids des «canadiennes»

Les transactions réalisées ou envisagées au cours des derniers mois au Canada permettent à certains acteurs d'accroître de façon marquée leur présence dans le domaine de la télévision1 : achat de CTV (incluant NetStar) par BCE, partage des actifs de WIC entre CanWest Global et Shaw, et acquisition de Vidéotron soit par Rogers, soit par Quebecor. Si Vidéotron (revenus en télévision, sans TVA, de 0,5 milliard $ US) passe entre les mains de Rogers, celle-ci consolide son premier rang des entreprises canadiennes de l'audiovisuel, loin devant BCE et CanWest Global. Si c'est plutôt Quebecor qui l'emporte, cette dernière prend alors la seconde place aux côtés de BCE et de CanWest.

Mais face aux géants américains et &emdash;bien que dans une moindre mesure&emdash; européens, la fusion éventuelle de Rogers et de Vidéotron ne pèse pas très lourd. Elle ne permettrait toujours pas au groupe de Toronto de se classer parmi les 20 premières sociétés privées de l'audiovisuel à l'échelle du monde.

Source : Données de base sur les revenus tirées de Television Business International, juillet/août 1999.