Quotidiens, hebdomadaires et magazines :

Qui les lit et à quelle fréquence ?

 

Diverses sources d'information sont à la disposition des gens des médias et de la publicité pour connaître le lectorat de la presse quotidienne, des hebdos régionaux, ou encore des revues et magazines. Ces outils utilisent des méthodes différentes, particulièrement en ce qui a trait à l'échantillonnage. Il est difficile d'en dégager un portrait d'ensemble sur les habitudes de lecture des Québécois des divers médias qu'on leur propose.

L'enquête conduite par le ministère de la Culture et des Communications du Québec et dont les résultats viennent d'être publiés permet justement des analyses plus globales. Conduite au printemps 1999, l'enquête a rejoint 6 548 personnes âgées de 15 ans et plus et représentatives de l'ensemble des régions du Québec1 . Les questions concernaient plusieurs pratiques culturelles allant de l'écoute de la télévision à la lecture de livres, en passant par la fréquentation de spectacles en salles et la location de vidéocassettes. Voici les principaux constats concernant les médias écrits qui se dégagent de l'enquête.

 

À propos des quotidiens

Moins de la moitié des Québécois lisent très souvent un quotidien. Les hommes sont un peu plus nombreux (49 %) que les femmes à le faire. La corrélation avec l'âge est constante : les 15 à 24 ans sont ceux qui lisent le moins souvent le journal alors que les personnes de 65 ans et plus sont les lecteurs les plus assidus. La popularité des quotidiens est également un peu plus grande chez les personnes détenant un diplôme universitaire (55 %).

À propos des hebdos régionaux

Les journaux hebdomadaires destinés à informer les résidants d'un même quartier ou d'une même région sont boudés par près de la moitié de la population qui ne les lit soit jamais, soit rarement ou au rythme d'une parution sur quatre. Comme pour les quotidiens, la popularité des hebdos croît avec l'âge. Le niveau d'études complété n'a toutefois pas d'effet significatif. La taille de l'agglomération où l'on réside a par ailleurs une grande influence : plus on habite une municipalité de petite taille, plus on veut s'informer en lisant l'hebdo local, souvent l'une des seules sources d'information sur ce qui se passe dans notre environnement immédiat. Dans les municipalités de moins de 100 000 habitants, chaque édition est lue par plus de 65 % des répondants. Dans les régions métropolitaines de Montréal et de Québec, cette proportion tourne autour de 45 %.

À propos des revues et magazines

Un peu plus de la moitié des Québécois lit très souvent ou souvent un ou plusieurs des nombreux magazines disponibles. Quelque 30 % n'en lisent cependant jamais. Leur popularité est une peu plus grande auprès des femmes que des hommes, ainsi que chez les diplômés universitaires.

Les magazines d'actualité politique sont ceux qu'on lit le plus souvent. Ils sont suivis par les publications qui se consacrent à la mode, au foyer et à la décoration.