septembre 2000

La diversité des sources d'information

le problème se pose de nouveau

Le bouleversement que connaît la propriété des médias depuis quelques mois remet à l'avant-scène d'importantes questions relatives à l'information du public, au pluralisme et à la qualité de la vie démocratique. Doit-on, en effet, permettre à une même entreprise d'exploiter un quotidien et une station de télévision dans une même localité, situation que connaissent une dizaine de villes canadiennes importantes depuis la transaction entre CanWest Global et Hollinger? Est-il souhaitable que d'importants éditeurs de quotidiens soient aussi propriétaires de réseaux majeurs de télévision?

Aux Etats-Unis, l'association des quotidiens et celle des diffuseurs, la NAA et la NAB, font valoir depuis plusieurs années que la propriété croisée permettrait d'améliorer la qualité de l'information disponible, pour obtenir de la Federal Communications Commission (FCC) qu'elle abandonne la politique adoptée en 1975 qui interdit à une entreprise opérant un quotidien de détenir une licence de télévision pour desservir la même communauté. Les opposants à la mesure soulignent aussi que le nombre de médias s'est grandement accru depuis son entrée en vigueur, notamment par l'arrivée de nombreux canaux spécialisés et d'Internet. Ils affirment, de plus, que les craintes relatives au contrôle des sources d'information appartiennent à un autre âge.

Or, à l'issue d'un processus public de réexamen, l'agence réglementaire américaine a annoncé à la mi-juin qu'elle entendait maintenir l'interdiction. À son avis, le meilleur moyen que les médias présentent au public des points de vue variés et opposés sur les événements est encore qu'ils appartiennent à des propriétaires différents. On ne peut espérer qu'il y ait autant de diversité de points de vue dans un marché si une entreprise possède à la fois un quotidien et une station de télévision que si deux opérateurs s'y livrent une concurrence. La multiplicité des sources est primordiale à la diversité de l'information, un principe reconnu par la Constitution américaine.

La FCC explique aussi, au soutien de sa politique, que:

- la plupart des nouveaux médias qui sont apparus ces dernières années ne sont pas des substituts aux journaux et aux stations de télévision en ce qui concerne l'information locale;

- la télévision et les quotidiens constituent les principales sources de nouvelles et d'affaires publiques au palier local;

- ces deux médias sont disponibles sans frais ou à peu de frais pour le public, contrairement aux autres sources, y compris Internet.

 

Source: Biennial Review Report, www.fcc.gov/mmb/prd/own.html