Les magazines ont fait le plein

Pendant que les rotatives des quotidiens imprimaient moins d'exemplaires, les magazines québécois faisaient un grand bond en avant. En 1985, 15 d'entre eux vendaient plus de 50 000 exemplaires par édition alors que l'an dernier 34 faisaient partie de ce club des magazines à fort tirage. L'un de ces magazines, L'actualité , est d'intérêt général. Les autres cherchent à répondre à des intérêts particuliers. Parmi ces magazines spécialisés apparus depuis 1985 et toujours en activité on retrouve 7 Jours, Elle Québec, L'Essentiel, Good Times, Le Bel Âge, Téléromans, Côté Jardins d'ici et d'ailleurs, Fleurs Plantes et Jardins , et Style at Home.

Les tirages combinés sur une base annuelle des magazines vendant plus de 50,000 exemplaires par édition ont augmenté de 60 % depuis 1985, passant de 32,5 millions de copies à 52 millions.

Les gains sont toutefois survenus entre 1985 et 1990. Depuis c'est plutôt stable, et cela même si le club des magazines à fort tirage compte huit magazines de plus qu'en 1990. Ces nouveaux venus ont tout simplement ravi des lecteurs aux autres. Il semble bien qu'au total les magazines aient fait le plein d'abonnés et d'acheteurs en kiosque.

En moyenne chaque Québécois de plus de 15 ans achète annuellement 8,6 exemplaires de magazines à grand tirage, par rapport à 6,1 en 1985. Au début de la décennie, cette moyenne a atteint un sommet de 11,9 exemplaires.

À l'échelle canadienne, des données récentes de Statistique Canada pour les magazines de toute taille, vendus ou distribués gratuitement, montrent une baisse de 10 % du nombre de titres et de 6 % du tirage au cours des six dernières années.

 

Source : Canadian Advertising Rates and Data (CARD)