La télévision payante poursuivra-t-elle ses avancées?

Les quatre dernières années ont été particulièrement bonnes pour l'industrie de la télévision payante. Alors que le nombre d'abonnés à Super Écran et aux autres services similaires était plutôt stable au Québec pendant la période allant de 1996 à 1998, il a plus que doublé par la suite. Au début de 2002, on en dénombrait près de 600 000 selon une estimation du Ministère de la Culture et des Communications du Québec (graphique 1). L'augmentation a été nettement plus importante pour les services de langue anglaise (The Movie Network, Family Channel et MoviePix) dont le nombre de clients a triplé en sol québécois depuis le début de cette expansion amorcée en 1999. Pour Super Écran, seul service de télévision payante de langue française, la croissance a été de l'ordre de 65 %.

Graphique 1

Impulsion des SRD

C'est l'arrivée dans le marché, en 1997, des services de distribution directe par satellite (SRD) qui a donné ce second souffle à la télévision payante (graphique 2). Ainsi, Super Écran a gagné 170 000 clients grâce à Bell ExpressVu et à Star Choice alors que l'entreprise en perdait 28 000 du côté des câblodistributeurs. Par ailleurs, 7 000 abonnés ont rejoint Super Écran par l'intermédiaire de LookTV, ce service de distribution multipoint (SDM) lancé en 1999.

Graphique 2

* Période de six mois se terminant le 31 janvier 2002

Source : Graphique CEM à partir d'estimations du Ministère de la Culture et des Communications du Québec, La télévision payante au Québec, octobre 2002, http:href="/mcc.quebectel.qc.ca/LesEcrits

 

En 2001, à l'échelle du Canada, 45 % des revenus de l'ensemble de l'industrie de la télévision payante provenaient des abonnés aux SRD et aux SDM (graphique 3). Pour la période s'étendant de 1996 à 2001, 80 % de la croissance des recettes des services de télévision payante est venue des abonnés de ces nouveaux modes de distribution.

Graphique 3

Cette croissance enviable des revenus a eu d'heureux effets sur les bénéfices avant impôts et intérêts (B.A.I.I.) du secteur de la télévision payante qui sont passés de 15 millions en 1996 à 62 millions l'an dernier et ont permis de dégager une marge bénéficiaire de 21,7 % pour cette même année 2001.

Cette progression de la télévision payante se poursuivra-t-elle ? Deux facteurs sont de bon augure. D'une part, l'économie demeure bien portante et, d'autre part, la clientèle des services de distribution directe par satellite continue de croître (en partie au détriment des câblodistributeurs). Or, on a observé par le passé que ceux qui optent pour la petite soucoupe sont de plus grands consommateurs de télévision payante que ceux qui demeurent fidèles au câble. Toutefois, depuis quelques mois, un nombre croissant de téléspectateurs « piratent » l'ensemble ou quelques-uns des services de Bell ExpressVu. On ne connaît pas encore l'importance du phénomène ni ses conséquences sur les revenus de Super Écran et de ses semblables.