Nos observations


Numéro 16, octobre 1996

«Les dramatiques anglophones sont meilleures»
disent des membres des communautés culturelles

Les téléséries, téléromans et comédies de situation de la télévision anglaise présentent de meilleures histoires et mettent en scène des personnages plus intéressants que les stations de langue française. Voilà le jugement porté par des membres de huit groupes ethniques de Montréal, lors d'une enquête conduite par CROP* pour le Centre d'études sur les médias. Ces téléspectateurs peuvent comparer en toute connaissance de cause parce qu'ils déclarent écouter des dramatiques autant dans l'une que dans l'autre langue. Ils sont deux fois plus nombreux à préférer les histoires de la télévision anglaise, et trois fois plus nombreux à trouver leurs personnages plus intéressants. Les dramatiques francophones l'emportent toutefois sur deux points: la place accordée aux communautés des répondants et le reflet de leurs valeurs personnelles



Vous pourriez conclure de ces résultats que les points forts des réseaux anglais devraient être neutralisés par ceux des réseaux français. Vous auriez tort. En effet, selon cette fois les répondants qui écoutent de telles émissions soit principalement en français, soit principalement en anglais, les critères de choix n'ont pas tous la même valeur. Les forces des dramatiques de langue anglaise (le genre d'histoire et les personnages) sont identifiées par 82 % d'entre eux comme étant des facteurs "très" ou "assez" importants dans le choix des émissions dramatiques. Le reflet des valeurs personnelles et la place accordée à la communauté sont retenus par seulement 59 % et 56 % respectivement.

Par ailleurs, l'enquête montre que 61 % des répondants qui déclarent pouvoir tenir une conversation tant en français qu'en anglais (56% de ceux qui regardent la télévision) fréquentent le plus souvent une station de langue anglaise. Pour réduire ce déficit d'écoute auprès des communautés culturelles, les télévisions françaises doivent mieux saisir leurs attentes particulières, qui dépassent leur seule représentation à l'écran.

____________________

* L'Omnibus multiculturel de CROP retient les groupes suivants: Noir francophone, Noir anglophone, Italien, Arabe, Grec, Portugais, Chinois et Latino-américain. Enquête conduite grâce à la participation du ministère du Patrimoine canadien, du ministère de la Culture et des Communications du Québec et des diffuseurs Radio-Canada, Radio-Québec et TVA.


UNE VEILLE CONCURRENTIELLE
POUR LE SECTEUR DES MÉDIAS

Le Centre d'études sur les médias a lancé un service de veille qui fournira aux entreprises médiatiques des informations, des synthèses et des analyses sur des éléments de leur environnement qui revêtent une importance stratégique pour leur développement.

Les entreprises du secteur des médias font face à une concurrence accrue, suscitée par les modifications importantes de l'environnement économique, juridique et technologique du marché national, et par les pressions issues des marchés internationaux.

Les centres de veille concurrentielle se comparent aux intelligence unit américaines et aux observatoires, tant privés que publics, qu'on retrouve en Europe. Une douzaine de centres de veille sont en émergence dans différents secteurs d'activités au Québec, à l'initiative du ministère de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie qui finance une partie des opérations pour les trois premières années.

Les activités de veille sur les médias sont localisées à l'École des Hautes Études Commerciales, l'un des partenaires universitaires du Centre. Deux professeurs des HEC en assurent la supervision: François Colbert, spécialisé en marketing et titulaire de la Chaire de gestion des arts, et Jean-Pierre LeGoff, économiste.

Une étude de marché a permis d'établir deux champs d'action qui répondent aux priorités de l'industrie. Le premier concerne l'exportation de produits audiovisuels: évolution de certains marchés, nouveaux acheteurs potentiels, réglementations applicables aux droits d'auteurs, aux importations et aux coproductions dans les pays étrangers.

Le deuxième champ d'action touche aux bouleversements importants apportés par les nouvelles technologies Nous nous intéresserons aux effets de celles-ci sur les produits et les marchés des diverses entreprises de l'industrie des médias, qu'elles soient dans la production, la diffusion ou la distribution, ou encore qu'il s'agisse d'agences de publicité.

Commentaires et suggestions: Marc Ménard au (514) 340-6932; courrier électronique: Veille.concurrentielle@hec.ca