Nos observations


Numéro 10, mars 1996

Le temps froid persiste pour la presse écrite

EN DÉCLIN PERMANENT


Voilà les termes qu'utilise le directeur général de la Fédération internationale des éditeurs de journaux (FIEJ), Timothy Balding, pour décrire la situation de la presse écrite dans les pays développés. Les données compilées par la Fédération indiquent en effet, selon son directeur:

1. une tendance à la baisse, qui se prolonge depuis quelques années, de la diffusion et de la pénétration des journaux;
2. que leur principale source de revenu, les recettes publicitaires, n'a pas encore retrouvé les niveaux d'avant la dernière récession;
3. que la part du marché publicitaire qui revient à la presse écrite est en déclin permanent et de manière évidente, comme le montre le tableau qui suit.



Que la part des dépenses publicitaires allant à l'imprimé soit très élevée comme au Danemark, plus faible comme en France ou beaucoup plus faible comme au Canada et aux États-Unis, elle est en baisse dans 12 de ces 13 pays développés. Seul le Royaume-Uni a connu une augmentation de 3,9%.

SANS SIGNE DE REGAIN


N'oublions pas que 1995 a vu plusieurs quotidiens augmenter les tarifs d'abonnements et les prix de vente en kiosque, à la suite de l'importante hausse de prix du papier-journal. Rien pour encourager la diffusion.
Les nouveaux services d'information continue qui seront lancés aux États-Unis d'ici deux ans (trois généraux et deux consacrés à l'économie et aux activités financières), seront en quête d'auditoires et de revenus publicitaires qu'ils tenteront d'arracher à des concurrents de la télévision certes, mais aussi à tous ceux qui oeuvrent dans le domaine de l'information.

DE NOUVEAUX CONCURRENTS POUR LES PETITES ANNONCES


Au Canada, un peu moins de 30% des recettes publicitaires viennent des petites annonces. Or, chez nos voisins américains où le réseau Internet est plus développé qu'ici, tant en terme d'abonnés que de produits et services offerts, les petites annonces en-ligne se développent rapidement.
Les employeurs y trouvent à moins cher ($40 pour une annonce pendant un mois) un excellent moyen de rejoindre les jeunes bien formés et familiers avec les nouvelles technologies. Ceux qui cherchent un emploi ont accès à un large éventail d'offres (le site Career Mosaic en propose à lui seul 23,000) et peuvent utiliser diverses fonctions de tri. Certaines entreprises y joignent des vidéos sur les valeurs organisationnelles de leur compagnie. Tant et si bien que six grands quotidiens américains se sont associés pour offrir un service en-ligne de petites annonces pour les emplois.
Les services sur Internet se développent également pour l'immobilier. Ils permettent entre autres de visiter les lieux (photos, vidéos), via l'ordinateur.

UNE CRÉDIBILITÉ QUI S'EFFILOCHE


Un sondage mené à la fin de 1995 par l'Association of National Advertisers montre que la moitié des Américains interrogés croient que les médias sont biaisés dans le traitement qu'ils accordent à l'information. Appelés à identifier le média le plus crédible à leurs yeux, 44% choisissent la télévision, 26% les quotidiens et 12% les magazines.
(Sources: New-York Times, USA Today, Wall Street Journal, Communication et langages, no 105, 3e trimestre 1995. À noter que la FIEJ publie annuellement l'annuaire statistique World Press Trends . On peut se le procurer en contactant la FIEJ à l'adresse suivante : 25, rue d'Astorg - 75008 Paris - Tél. (33) 1 47 42 85 00 - Fax : (33) 1 47 42 49 48.)

UN OBSERVATOIRE DE LA PRESSE À PARIS


Le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes de Paris a mis sur pied un Observatoire des pratiques et des métiers de la presse. Tous deux sont gérés conjointement par des représentants tant des entreprises que des syndicats de presse. Jean-Marie Charron explique que l'Observatoire qu'il dirige poursuit deux objectifs:
- alimenter les pédagogues du Centre, d'observations sur l'évolution de la pratique du métier;
- fournir aux médias des analyses globales sur certaines tendances.

Quelques études y ont été publiées, dont Le traitement du visuel dans la presse, et Le développement de la polyvalence chez les journalistes. Le siège de l'Observatoire est situé au 33, rue du Louvre - 75002 Paris.